Les auras et la synesthésie




C'est une forme de synesthésie bien particulière que la synesthésie émotionnelle : elle confère à celui qui présente cette condition, la possibilité de voir se dégager une Aura autour des personnes qu'elles rencontrent... Ce pourrait être ces fameuses auras dont on entend parler par différentes sortes de chamans et guérisseurs.

Certains d'entre eux prétendent effectivement percevoir, soit autour des personnes, soit, se détachant d'elles, des lueurs colorées qui expriment, selon les cas, la personnalité de la personne, sa santé, son caractère... Parmi ces personnes, des guérisseurs se servent de ce "don" pour venir en aide à des malades - et obtiennent parfois quelques résultats probants, par ailleurs.

Des chercheurs de l'université de Grenade affirment que certains d'entre eux pourraient présenter une synesthésie particulière : des guérisseurs qu'ils ont rencontrés, et qui affirment percevoir l'aura des personnes, présentent en fait un type de synesthésie émotionnelle (parfois appelée synesthésie spécifique). La puissance d'un effet placebo chez leurs patients, ajoutée à une telle perception synesthésique de leur part, constitue une explication plausible aux pouvoirs de ces guérisseurs - et aux croyances qui les accompagnent. L'étude, publiée en 2012 dans le prestigieux Consciousness and Cognition, est l'une des premières tentatives pour rationaliser un phénomène décrit depuis des millénaires : un mystérieux champs d'énergie et de lumière émanant du corps des personnes, tel un halo, imperceptible pour une majorité des personnes, mais que peu d'élus seraient toutefois capables de percevoir.

Chez les synesthètes, les régions cérébrales responsables de l'intégration des signaux sensoriels sont, plus que la normale, très interconnectés. Aussi, les synesthètes expérimentent une ou plusieurs sortes de sensations additionnelles à ce qu'ils perçoivent réellement. Certains peuvent voir des sons, d'autres goûter des textures, ou encore associer des couleurs à des lettres. Les synesthésies impliquant l'addition de couleurs (en fait, il s'agit plus d'une "superposition") sont parmi les plus courantes, et elles concernent généralement les symboles (lettres et chiffres), ou les sons, tels que des sons ordinaires ou de la musique. Il arrive néanmoins qu'elles concernent des modalités plus exotiques telle que la reconnaissance des visages ou les émotions ressenties : par exemple, la peur qu'inspire une personne à un synesthète, lui donnera une aura de couleur spécifique, tandis qu'une personne appréciée aura une couleur autre.

En termes neurologiques, la synesthésie est vraisemblablement due à des inter-connections surnuméraires au sein des régions cérébrales, qui amènent une activité accrue et le partage facilité de cette activité entre régions, qui sont, normalement, connectées suffisamment mais pas au point d'interférer en toute circonstance. Autrement dit, les synesthètes présentent davantage de connexions synaptiques par rapport à la majorité des personnes. Ces connexions surnuméraires entraînent l'activation automatique de régions cérébrales lorsqu'un stimulus est perçu, régions qui normalement, ne devraient pas s'activer aussi fortement. En résultent des sensations perceptives qui ne correspondent pas à la réalité du stimulus, mais semblent tout aussi réelles que lui, au cerveau du synesthète.

Le cas de "Santón de Baza"

L'un des chercheurs, en étudiant les guérisseurs, a remarqué que tous ne sont pas synesthètes, mais qu'il semble que la prévalence parmi eux, soit plus élevée que dans la population classique. Ce phénomène se retrouve chez les artistes, chez qui l'on note que la proportion de synesthètes est également plus élevée. Pour l'étude, l'équipe de chercheurs a interviewé plusieurs synesthètes, dont un, en particulier, très connu dans sa région comme guérisseur, Esteban Sánchez Casas, aussi connu comme "El Santón de Baza" dont le cas fait l'objet d'une description approfondie.

De nombreuses personnes dans sa localité, lui attribuent des pouvoirs paranormaux, expliquant son apparente capacité à voir l'aura des gens et les délivrer de certains maux. De fait, ce cas est un exemple clair de synesthésie, selon les chercheurs. Esteban Casas a développé :
  • une synesthésie émotionnelle visage-couleur : les régions cérébrales dédiés à la reconnaissance des visages sont liées au régions cérébrales dédiées à l'intégration des signaux de couleur.
  • une synesthésie tactile miroir (lorsqu'il voit une personne touchée, il ressent ce toucher sur lui-même - il en va de même pour la douleur).
  • une exceptionnelle empathie (il peut ressentir facilement ce que d'autres ressentent), ce dont par exemple, les psychopathes sont dépourvus.
  • une schizotypie : un trouble de la personnalité amenant à des sensations et des croyances étranges, forme intermédiaire entre la "normalité" et certaines formes plus sévères, de paranoïa et de schizophrénie hallucinatoire.
La conjugaison de ces conditions rend Esteban particulier aux yeux de ses connaissances, qui peuvent facilement voir en lui une personne qui les comprend, qui possède un don pour percevoir l'intérieur des âmes et agir sur les malheurs de l'existence. Cette seule croyance est capable de développer un effet placebo très important, qui permettra à un "patient" d'Esteban, de se sentir mieux rapidement, et d'être effectivement en meilleure santé - selon les principes de l'effet placebo, bien sûr : certains troubles répondent davantage à cet effet que d'autres. La douleur, à forte composante psychologique, répond à 84% mais des pathologies à faible composante émotionnelle et psychologique, ne bénéficient que très peu de l'effet placebo.

Aussi, selon l'équipe de chercheur, comme Esteban, plusieurs guérisseurs présentent une synesthésie et entraînent des effets placebo sur leur entourage. Ils attribuent eux-même ce pouvoir à leurs dons, mais il s'agit clairement d'auto-suggestion, dans la mesure ou la synesthésie n'est pas un pouvoir extra-sensoriel, mais plutôt une perception subjective et déformée, de la réalité.


E.G. Milán, O. Iborra, M. Hochel, M.A. Rodríguez Artacho, L.C. Delgado-Pastor, E. Salazar, A. González-Hernández. Auras in mysticism and synaesthesia: A comparison. Consciousness and Cognition, 2012; 21 (1): 258 DOI: 10.1016/j.concog.2011.11.010