Une certaine dose de constance dans les associations de la synesthésie graphème couleur




L'une des caractéristiques principales de la synesthésie est son idiosyncrasie, c'est-à-dire le fait que chaque synesthésie soit propre à celui ou celle qui la vit. Dans le cas de la synesthésie graphème couleur, les synesthètes ont l'expérience de couleurs lorsqu'ils lisent, parfois entendent, ou pensent à une lettre ou à un chiffre. Bien que tous les synesthètes graphème couleur possèdent cette particularité, leurs expériences diffèrent : pour l'un, le B sera beige, pour l'autre, vert... Une étude récente montre cependant d'étonnantes corrélations pour quelques symboles, suggérant ainsi l'existence de points communs dans l'expérience de ce type de synesthésie.

Ainsi, certaines couleurs synesthésiques correspondant à des graphèmes spécifiques seraient particulièrement partagées. C'est en tout cas ce qu'affirment Julia Simner, de l'université d'Edinburgh, et Jamie Ward, de l'université du Sussex : lors d'une étude réalisée sur 70 synesthètes graphèmes-couleur, et en revue de 19 autres études préalables pour lesquelles les couleurs des graphèmes avaient été notées, ces auteurs ont réalisé que certaines couleurs synesthésiques ou certains patterns sont régulièrement retrouvés : c'est par exemple le cas de la lettre a, régulièrement associée à la couleur rouge. Publiée dans le journal de l' "Association for Psychological Science", cette étude montre également un effet de la fréquence des lettres dans la langue : les lettres les plus communes sont régulièrement associées avec les couleurs les plus communes (par exemple, A et rouge). A l'inverse, des lettres peu communes sont associées à des couleurs peu communes (par exemple, V et violet). Ce résultat tend à montrer que l'expérience synesthésique perceptive est influencée par l'apprentissage et l'environnement.

Une autre découverte de cette analyse est l'influence de la fréquence d'un graphème sur sa saturation : une lettre peu fréquente est généralement intensément associée (saturée) à une couleur (par exemple, rouge vif, intense). les lettres plus fréquentes seraient moins saturées (ce qui s'expliquerait par le fait que les couleurs les plus communes sont le noir et le blanc, peu saturées : si l'on considère alors que les lettres les plus fréquentes sont associées aux couleurs les plus fréquentes, la conclusion parait évidente).

Bien que ces résultats expliquent certaines caractéristiques relativement communes aux synesthètes, la relation entre graphèmes et couleurs reste très énigmatique. Cependant, de tels résultats associés à des observations précédentes suggèrent que les patterns colorés de la synesthésie graphème-couleur, ne sont pas si arbitraires qu'on le penserait de prime abord.