Synesthésie : Présentation




Voir les sons, toucher les goûts, entendre les couleurs... Le monde d'un synesthète est un mélange des sens pouvant revêtir plusieurs formes, étudiées consciencieusement depuis une trentaine d'années. Synopsie, Synesthésie graphème-couleur, audition colorée ... Sous ces noms se cachent des phénomènes insolites et particulièrement intrigants.

La synesthésie est donc une condition relativement rare dans laquelle des stimuli affectant normalement une modalité sensorielle, causent des expériences sensorielles additionnelles - et inhabituelles - dans d'autres modalités. Autrement dit, la perception d'une caractéristique (par exemple, la forme) d'un stimulus, va entraîner l'expérience, la sensation, d'une autre caractéristique, par exemple, la couleur, indépendamment de la couleur de base du stimulus, couleur que l'on peut déterminer à partir de sa longueur d'onde. Le chiffre "2" écrit en noir, pourra évoquer une teinte rouge à certains synesthètes, une teinte verte ou bleue à d'autres. Le Mi d'un orgue pourra sentir le citron, ou donner un goût métallique. Il existe plusieurs type d'association, qui sont autant de synesthésies spécifiques.

Pour autant qu'elles soient, certaines de ces associations de modalités se rencontrent plus fréquemment que d'autres. Pour exemple d'expériences sensorielles additionnelles, le fait de voir des couleurs lorsque l'on écoute de la musique (synesthésie synoptique, aussi nommée synopsie ou audition colorée), ou de sentir des formes tactilement lorsque l'on déguste de la nourriture (Baron-Cohen et Harrison, 1997 ; Cytowyc, 1989), sont relativement courantes.

L'une des plus connues et étudiées de ces formes de synesthésie, est la synesthésie Graphème-couleur (Day, 2005), dans laquelle Nombres et Lettres donnent une réponse sensorielle additionnelle de couleur. La lettre A peut par exemple évoquer un vert foncé, le chiffre 1, un bleu pâle, etc... (voir l'exemple de synesthésie graphème-couleur). D'autres synesthètes n'auront pas forcément la sensation de "voir" la couleur, mais indiqueront qu'ils "savent" qu'une lettre particulière correspond à une couleur particulière. D'autres encore disent percevoir les couleurs quelque part à l'intérieur de leur cerveau, et non sur la lettre ou le chiffre (Dixon et al., 2004; Flournois, 1893; Ramachandran et Hubbard, 2001b). La caractéristique colorée elle-même, est différemment perçue selon d'autres critères que sa seule "longueur d'onde" : elle peut être brillante, transparente, parfois même indéfinissable.

Bien que la synesthésie fut découverte dès la fin du 19ème siècle (Fechner, 1871 ; Galton, 1880a, 1880b, 1883 - peut-être même avant : 1812 in Mahling, 1926), les études la concernant ont depuis toujours été traitées comme des curiosités de la psychologie et des neurosciences (pour un point de vue historique, voir Marks, 1975). Dans les dernières décennies cependant, l'approche de la synesthésie en psychologie a réellement changé, de nombreux chercheurs ont commencé à s'intéresser à ce phénomène, et à l'étudier selon des méthodologies rigoureuses (Ramachandran et Hubbard, 2001b; Rich et Mattingley, 2002, Robertson and Sagiv, 2005 Asher et al, 2006).

Quatre grandes catégories d'études ont été effectuées récemment :
  • Cognitives : celles qui s'intéressent aux aspects perceptuels, cognitifs et génétiques, qui furent conduites dans les 50 dernières années.
  • Neuropsychologiques : celles qui ont pour base ou pour but l'établissement de modèles, neuronaux et cognitifs de la synesthésie
  • Neurologiques : les études en imagerie fonctionnelle de la synesthésie
  • Différentielles : enfin, les études inspectant le rôle des différences interindividuelles, dans l'explication d'apparentes contradictions relevées dans la littérature traitant de la synesthésie.
Lire la suite... 1.3. Composantes génétiques et hérédité dans la synesthésie

Source : "Neurocognitive Mecanisms of Synesthesia". Neuron, Vol 48, p 508 to 520, November 3, 2005.