Différentes formes de synesthésie




La synesthésie associe les sens et/ou les concepts aux sensations, de manière irrépressible, et flagrante, à la différence des non-synesthètes qui peuvent en avoir une expérience, mais très diminuée. Bien que toutes les associations de sens possibles n'ont pu être décrites, il est probable que toutes existent.

Pour la plupart d'entre nous, nous possédons les cinq sens que tout le monde connait : vue, odorat, toucher, ouïe et goût. La communauté scientifique retient un autre sens qu'est la proprioception. Cette dernière concerne les mécanismes de perception de l'environnement comme l'équilibre ou les sensation de mouvement, mais également la pression ou la température.

Selon les associations observées, plusieurs types de synesthésie ont pu être décrit, que l'on a regroupé sous trois grandes catégories :

Synesthésie bimodale

Comme son nom l'indique, il s'agit d'un croisement de deux sens, comme le goût et le toucher : caresser l'écorce d'un arbre provoque par exemple la sensation d'un goût salé dans la bouche.

Les synesthésies unidirectionnelles sont les plus courantes : un stimulus touchant une modalité sensorielle provoque l'apparition de perceptions synesthésiques dans une autre modalité, sans que l'inverse de ne se produise. Par exemple, un son va produire une sensation odorante, sans pour autant que, chez la même personne, une odeur ne provoque une sensation sonore.

Dans le cas ou les sens sont doublement associés,, ce qui est relativement rare, on parle de synesthésie bidirectionnelle.

Synesthésie Multimodale

Lorsque 3 ou plusieurs sens s'associent, on parle de synesthésie multimodale : un son par exemple, provoque à la fois une sensation de goût et de lumière, comme c'est le cas d'un synesthète qui ressentait un goût acide et un flash lumineux devant les yeux, lorsqu'il entendait un son brusque et intense. Les synesthésie multimodales sont rares, à moins d'être des synesthésies catégorielles.

Synesthésies catégorielles, ou cognitives, ou conceptuelles

On désigne par ces termes, les associations plus subtiles de sensations secondaires, plus élaborées d'un point de vue cognitif (formes, couleurs, positions dans un espace "virtuel"...), à des catégories culturelles (nombre, lettres, symboles, mots, heure, mois ou dates, quantité...). Les exemple les plus connus sont ceux de la synesthésie graphème-couleur (aussi appelée alphabet coloré) et de la synesthésie numérique, ainsi que plusieurs formes de synesthésie cognitive mettant en jeu les sons ou la musique.

Ces synesthésie sont très particulières et leurs manifestations peuvent revêtir de nombreuses formes, que l'on regroupent généralement sous un seul nom, en fonction du sens associé et non des catégories. L'audition colorée en est un exemple : chez certains synesthètes comme Olivier Messiaen, compositeur, les accords donnent une sensation de couleur. Pour Amy Beach, ce sont les tonalités qui font naitre les sensations colorées. Duke Ellington, quant à lui, perçoit ses couleurs synesthésique en fonction du timbre des instruments.

Cette complexité est en lien avec la multidimensionnalité des sens et stimuli eux même : un son pur comporte un timbre, une attaque, une intensité etc... et différentes région cérébrale réagissent séparément à ces dimensions, considérées alors comme les sens "secondaires). Pour d'autres synesthètes, la mélodie, le rythme, interviennent.

De la même façon, on regroupe sous le terme de synesthésie graphème-couleur, plusieurs type de synesthésie catégorielle : voir les couleurs des lettres, ou des mots. Pour certains synesthètes graphème-couleur, les dimensions comme la calligraphie ou la caractère minuscule/majuscule, n'intervient pas et ne change pas la couleur de la lettre.

Autant de spécificités qui rendent très complexe la définition des synesthésies catégorielles.